Cliquez sur la carte pour vous situer

PHOTOVOLTAÏQUE

THERMIQUE

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

INSTITUTIONNEL

13 575 MW à l'horizon 2030: le gouvernement fait le choix du PV

Le 24 Février 2015

La révision annoncée du Programme des Energies Renouvelables et de l'Efficacité Energétique se précise. Le gouvernement algérien ambitionne de développer une capacité totale de production d’électricité à partir de sources renouvelables de 22 000 MW à l'horizon 2030, destinée entièrement à la consommation d'électricité nationale. Avec 15 575 MW, l'énergie solaire produira la plus grande partie.  

Si la première version du programme, publiée en mars 2011, prévoyait déjà un objectif de 22 000 MW, 10 000 MW devaient être réservés à l'export. Désormais, c’est bien une capacité production de 22 000 MW destinée entièrement à la consommation nationale qui a été inscrite comme objectif dans la politique énergétique nationale.

Le deuxième changement majeur du programme actualisé à retenir est la nouvelle répartition des capacités de production par filière technologique. Le futur programme de développement des EnR mise ainsi sur la technologie du photovoltaïque, dont les prix ont chutés massivement depuis les 5 dernières années. 

Objectifs par filière en 2011   //  Objectifs par filière en 2015  

PV            2800 MW         

 PV                      13575 MW

Eolien      1800 MW

Eolien                 5010 MW

CSP          7400 MW

CSP                     2000 MW

 

Biomasse           1000 MW 

 

Cogénération     400 MW 

 

othermie        15  MW

 

Le développement à grande échelle de la technologie CSP devrait être en revanche repoussé à 2021. Les études réalisées depuis 2011 dans le cadre du développement de projets pilotes ont conclu à un coût encore trop élevé sur cette technologie.

Comment sera financé ce nouveau programme des EnR? Trois mécanismes principaux ont été prévus: d'abord, les producteurs d'énergies renouvelables (PV et éolien) bénéficieront de tarifs d'achat garantis sur une durée de 20 ans. La réalisation des centrales sera aussi ouverte aux investisseurs des secteurs publics et privés nationaux et étrangers. Enfin, un mécanisme de soutien public sera mis en œuvre à travers le Fond national des énergies renouvelables et cogénération (FNERC), alimenté lui-même par un prélèvement de 1% sur la redevance pétrolière. Le FNERC permettra de soutenir le développement des nouvelles technologies integrées dans le programme. Le Ministère de l'Energie et des mines estime son apport à hauteur de 50 à 90% du coût d'investissement.  

Le programme de developpement des EnR contient également de nouveaux objectifs en termes d'efficacité énergétique. L'objectif affiché est l'économie de 300 Mrd m3 de gaz naturel. Cela correspond à huit fois la consommation nationale en gaz naturel. Cependant, les mesures concrètes d’application de ces nouveaux objectifs n’ont pas encore été détaillées par le gouvernement. 

Source: Ministère de l'Energie et des Mines
Contact: jorn.fritzenkotter@ines-solaire.org