Cliquez sur la carte pour vous situer

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

INSTITUTIONNEL

ALGÉRIE

EE: Les objectifs du gouvernement

Le 17 avril 2015

Cet article a été publié par le CDER, partenaire de SoMed

En 2016, le nouveau programme national d’efficacité énergétique (PNEE) sera lancé avec comme objectif l’isolation thermique de 100.000 logements/an, la diffusion de 10 millions lampes à basse consommation et la conversion de 1,3 million de véhicules au GPL à l’horizon 2030.

Ce programme, présenté mardi à Alger lors de la 19e journée de l’énergie organisé par l’Ecole nationale polytechnique, vise essentiellement à réduire graduellement la forte croissance de la consommation d’énergie et à donner de la visibilité aux investisseurs potentiels dans le domaine de la production énergétique.

D’un montant de 900 Milliards de DA dont 54% assurés par l’Etat, les projets du PNEE permettront à l’Algérie d’économiser 93 Millions de TEP, d’éviter l’émission de 200 Millions de Tonnes équivalents de CO2 et de créer près de 180.000 postes d’emploi d’ici 2030, selon les explications de M. Kamel Dali, directeur des projets à l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (Aprue), chargée de la mise en oeuvre de ce programme.

Dans le secteur de bâtiment, le programme prévoit l’isolation thermique de 100.000 logements annuellement (mur, toiture, double vitrage), permettant une économie d’énergie de 25 Millions TEP sur 30 ans (durée de vie d’un logement).

L’Etat assurera 80% des coûts d’isolation, a précisé M. Dali indiquant que ce plan permettra non seulement de contribuer à la généralisation des bonnes pratiques dans la conception architecturale de l’habitat mais aussi de développer une industrie locale des isolants et de promouvoir la création de bureaux d’architectures spécialisés en efficacité énergétique.

Dans le domaine de l’éclairage, l’objectif est de diffuser 10 millions de lampes à basse consommation/an. En parallèle, il sera interdit d’importer les lampes à incandescence à partir de 2016 alors que l’interdiction totale de la commercialisation de ce type de lampes est prévue pour 2020.

L’Etat prendra en charge 50% du prix des lampes économiques qui pourront économiser d’ici 2030 près de 19,5 millions de TEP, a avancé M. Dali. Il est également prévu d’installer 100.000 chauffe-eau solaires annuellement avec un apport de l’Etat fixé à 45% du prix de référence de l’installation.

Près de 2,4 millions de TEP à l’horizon2030 seront économisés grâce à ces équipements, a prédit le directeur, en relevant la nécessité de développer une industrie locale de production de chauffe-eau solaires pour réussir cet objectif.

Concernant l’éclairage public, le PNEE vise la substitution de 1,1 million de lampes à mercure, représentant actuellement la totalité du parc national,par des lampes au sodium, plus efficaces, sur une période de trois ans.

Les lampes à mercure seront interdites à partir de 2018, a indiqué le même responsable expliquant que l’Etat financera à 100% l’achat de nouvelles lampes au sodium qui permettront une économie d’énergie d’un (1) million de TEP.

Dans le secteur des transports, il est prévu de convertir 50.000 véhicules particuliers au GPL carburant entre 2016 et 2020, et 70.000 véhicules pour la période 2021-2025, et 100.000 véhicules pour 2026-2030, soit un total de 1,3 million de véhicules, avec un apport de l’Etat de 50% des coûts.

En outre, 11.000 bus devraient être convertis au gaz naturel carburant (GNC), l’Etat assurant 100% des coûts, d’après les données de l’Aprue. S’étalant sur 15 années, a observé M. Dali, ce programme constitue véritablement une opportunité pour développer à grande échelle l’efficacité énergétique en Algérie, notant, toutefois, que sa réussite sur le terrain nécessite l’implication effective de l’ensemble des secteurs et aussi des médias et des bailleurs de fonds notamment.