Cliquez sur la carte pour vous situer

THERMIQUE

-

CSP

INSTITUTIONNEL

ENTREPRISE

MAROC

Faillite d'Abengoa, quels impacts sur les projets au Maroc?

Le 29 mars 2016

Que va devenir la centrale d’Ain Beni Mathar, première grande installation hybride gaz et CSP au Maroc ? Le Groupe espagnol Abengoa, en charge de la gestion et de la maintenance de la centrale depuis 2010, est en procédure de faillite.

Alors que l’entreprise venait de signer au début du mois de novembre 2015 avec l’ONEE un contrat d’extension de 5 ans pour la gestion et maintenance de la centrale d’Ain Beni Mathar pour un montant de 63 millions d’euros, Abengoa annonçait quelques semaines plus tard le lancement d’une procédure de faillite. En février 2016, l’entreprise accusait 1.213 milliards de pertes, et affichait une dette 9.395 milliards d’euros.

Si rien n’est sûr aujourd’hui, la question du suivi et de la continuation des projets gérés par Abengoa au Maroc se pose. L’ONEE avait attribué plusieurs projets à la société espagnole, tels que la gestion de la centrale d’Ain Beni Mathar, mais aussi la construction d’une usine de dessalement près d’Agadir. Concernant la centrale hybride d’Ain Beni Mathar, il est possible que l’ONEE récupère l’exploitation et la maintenance du site, ou que l’agence relance un appel d’offres pour trouver un nouveau repreneur[1].

Suite à la publication d’un plan de financement de sa dette[2], Abengoa a signé le 28 mars un accord avec ses créanciers intégrant une clause de gel de procédure, qui prévoit une suspension de la vente anticipée de leurs participations pendant un délai de sept mois[3]. Ce répit devrait permettre à la société de mener à bien son plan de restructuration et éviter un dépôt de bilan à court terme.

Plus d’informations sur la centrale Ain Beni Mathar sur les cartographies SoMed