Cliquez sur la carte pour vous situer

THERMIQUE

INSTITUTIONNEL

ENTREPRISE

LIBAN

La fin du "tout électrique"

Le 18 août 2015

C'est la fin du "tout électrique" au Liban, qui, depuis 2009, connait une croissance forte des installations de chauffe-eau solaires chez les particuliers. S'ils ne représentaient qu'un pourcent des installations en 2009, les chauffe-eau solaires comptent désormais pour 13% des équipements d'alimentation en eau chaude des ménages libanais. 

"Les marges de croissance de ce marché sont encore importantes, dans un pays qui bénéficie de conditions climatiques idéales (300 jours d'ensoleillement par an en moyenne). Le Liban figure même désormais parmi les dix pays les plus prometteurs en matière de chauffe-eau solaires, selon l'Agence internationale pour l'énergie (AIE). Aujourd'hui, pour nombre de Libanais, le solaire est une alternative crédible à l'électricité, de toute façon rationnée. Il permet aussi de s'émanciper de la dépendance au « moteur » et de faire ainsi des économies. (...) Le coût de production du kilowatt/heure (kWh) tourne autour de 0,171 dollar en moyenne alors que ce même kWh est vendu en moyenne autour de 0,1 dollar.  " (Muriel Rozelier, dans l'Orient le Jour). 

Un plan quinquennal pour le développement du solaire thermique

En 2009 le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) et le Programme des Nations unises pour le développement (Pnud) avaient lancé un plan quinquénnal visant à accroitre l'utilisation de chauffe-eau solaire au Liban. L'Etat libanais avait alors mis en oeuvre des mesures complémentaires, comme des incitations financières pour les particuliers. 

"Au total, 18 millions de dollars de prêts avaient été consentis à fin 2013 ; et l'enveloppe a été revue à la hausse en 2014 avec un budget de 30 millions de dollars. En parallèle, un programme financé en partie par l'Union européenne a subventionné à hauteur de 200 dollars l'achat d'un chauffe-eau solaire (1 300 dollars en moyenne pour 200 litres et 3,6 m2 de panneaux installés)" (Ibid.).

Le développement d'une flière industrielle locale

Selon le rapport "Chauffe-eau solaires, évaluation du marché et étude de cas" publié en février dernier par le Pnue, le succès du plan quinquennal vient en partie du dévelopement des emplois locaux dans le secteur solaire: 

"Le nombre de fournisseurs locaux de chauffe-eau solaires a été multiplié par cinq entre 2009 et 2013, passant d'une vingtaine à une centaine, soit environ 1 400 employés. En 2011, 13 % du matériel installé avait été assemblé au Liban ; certaines parties du système, comme les réservoirs, étant fabriquées localement. En 2013, cette part est passée à 29 % du marché".

Les perspectives

Afin de poursuivre sa lancée vers le solaire thermique, il est désormais nécessaire que le gouvernement libanais renforce le cadre réglementaire dans le domaine de la construction et de l'utilisation du solaire thermique, et qu'il investisse dans des actions d'accompagnement de la filière industrielle telles que la formation professionnelle. Enfin, le gouvernement libanais doit désormais encourager l'ouverture du marché des entrerpises aux technologies solaires thermiques.

Source: Muriel ROZELIER, "Chauffe-eau: le Liban carbure au solaire", L'Orient le Jour.  

Contact: charline.dufournet@ines-solaire.org