Cliquez sur la carte pour vous situer

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

INSTITUTIONNEL

ALGÉRIE

Gérer l'énergie localement

Le 17 Juin 2015

Trois communes algériennes bénéficieront prochainement d’un projet afin d’y améliorer la gestion locale en matière d’énergie dans le cadre du programme de coopération « Promouvoir le développement des énergies renouvelables dans les villes méditerranéennes – CES MED », a-t-on indiqué lors de la Conférence nationale sur les énergies durables dans les villes, organisée par l'Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l'Utilisation de l'Energie (APRUE).

Ce projet pilote, qui devrait toucher les communes de Batna, Boumerdès et Sidi Bel-Abbes, est initié dans le cadre du programme CES- MED en collaboration avec l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (APRUE) selon les explications de Pierre Coute, expert principal de CES-MED Maghreb, CES-MED est un programme régional, financé par l’Union européenne (UE), et destiné à accompagner des autorités locales et des municipalités de 8 pays de la rive sud du bassin méditerranéen (3 villes par pays) pour définir des plans d’actions favorisant les énergies durables.

L’objectif du programme est de réduire la consommation d’énergie et les émissions de carbone dans ces villes et réduire par conséquent le budget municipal consacré aux postes énergétiques.

Les actions envisagées par ce programme toucheront notamment l’efficacité énergétique des bâtiments, l’éclairage public, la gestion des déchets et de l’eau, la production d’énergies alternatives et les transports urbains.

Intervenant à cette occasion, le directeur général de l’APRUE Mohamed Salah Bouzeriba a exprimé son souhait d’élargir cette initiative sur d’autres villes du pays. Plus de 80% de l’énergie produite en Algérie est consommée au niveau des communes (éclairage public, écoles, bâtiments, industrie, transport...), c’est pourquoi ces créneaux constituent un levier important pour la promotion de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables au niveau local, selon le directeur de l’APRUE.

"Les collectivités locales ont intérêt a adopté cette démarche pour réduire la facture énergétique des mosquées, des écoles, des bâtiments administratifs et de l’éclairage public qui est à sa charge", a expliqué M. Bouzriba à la presse en marge de ce séminaire.

Manuela Navarro, représentante de la délégation de l’UE en Algérie a indiqué que, suite à la visite du commissaire pour le climat et l'énergie en mai 2015 un dialogue politique UE – Algérie sur l'énergie a été établie qui devrait donner lieu à des relations de confiance et de coopération dont les modalités de mise en place devront faire l'objet d'un accord. En outre,  deux groupes de travail sur le gaz et l’électricité ont été installés dans le cadre dudit dialogue.  

Un forum d’affaires sur l’énergie devant regrouper des entreprises algériennes et européennes sera organisé début 2016 dans l’objectif de découvrir les possibilités de coopération dans le domaine énergétique, ajoute Mme Navarro.

La conférence, qui a regroupé une centaine de présidents d’assemblées populaires communales (APC) et des responsables de villes méditerranéennes bénéficiant du programme CES-MED tels que Kairouan (Tunisie) et Oujda (Maroc), a été également une occasion pour échanger des expériences dans ce domaine.

Source: Délégation de l'Union Européenne en Algérie
Contact: jorn.fritzenkotter@ines-solaire.org