Cliquez sur la carte pour vous situer

PHOTOVOLTAÏQUE

ENTREPRISE

ALGÉRIE

L’unité Aurès Solaire de production de panneaux photovoltaïques à Batna entrera en activité en février 2016

Le 11 décembre 2015

Une unité privée, "Aurès Solaire", de production de panneaux photovoltaïques entrera en activité en février 2016, a affirmé jeudi à Batna son président-directeur général, Hocine Nouacer.

Construite et équipée dans la zone d’activités de la commune d’Ain Yagout dans le cadre d’un partenariat avec la firme française Vincent Industrie sur la base de la règle 51/49, et agréée par le conseil national de l’investissement, l’unité produira 125.000 panneaux solaires par année, soit l’équivalent de 30 mégawatts représentant les besoins de 30.000 foyers, a précisé à l’APS M. Nouacer, en marge d’une journée sur les énergies alternatives organisée par la commune de Batna.

Le projet, lancé en 2013 avec le soutien de l’Etat, représente un investissement de 10 millions d’euros (plus d’un milliard de dinars), a indiqué cet opérateur, notant que l’unité produira des panneaux photovoltaïques à cellules biface qui seront dirigés vers le marché national ainsi qu’au marché extérieur.

Implantée sur un terrain de 5.500 m2, "Aurès Solaire" emploiera, dans une première phase, 50 travailleurs, dont une majorité d’ingénieurs et de techniciens supérieurs, et générera de nombreux autres emplois indirects dans les activités de montages et d’entretien de panneaux solaires à travers le pays, a indiqué, de son côté, le directeur technique de l’unité, Hakim Magra.

Les installations de production, entièrement robotisées, sont actuellement en cours de montage, a ajouté le même responsable, affirmant que l’ambition de l’unité est de porter, à l’avenir, sa capacité de production à 300.000 panneaux solaires par an.

Le gérant de l’usine a rappelé qu’une convention a été signée entre la commune de Batna et "Aurès Solaire" pour équiper en panneaux solaires une école, une mosquée, en plus de l’éclairage d’une avenue, dans le cadre du plan des énergies alternatives de la ville mené en partenariat avec l’Union Européenne.

 

Source: CDER, partenaire SoMed