Cliquez sur la carte pour vous situer

PHOTOVOLTAÏQUE

THERMIQUE

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

INSTITUTIONNEL

ENTREPRISE

ALGÉRIE

L'Algérie lance un appel à investissements dans les EnR

Le 11 mars 2016

Le ministre de l’Energie, Saleh Khebri, a annoncé le lancement d’un appel à investisseurs en été prochain pour réaliser le Programme national des énergies renouvelables (PNER) lequel sera précédé par la tenue, en mai, d’un forum algéro-européen sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique.

Un appel à investisseurs pour la mise en oeuvre du PNER "est en préparation pour être lancé avant la fin de l’été", a affirmé M. Khebri dans une allocution lors du 6ème Salon dÆéquipements et services pétroliers (Napec) qui se tient du 8 au 11 mars à Alger.

De même, un forum d’affaires sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, organisé conjointement avec la Commission européenne, se tiendra le 24 mai prochain à Alger, qui a pour objectif de présenter tous les volets du PNER aux investisseurs algériens et européens.

En outre, les sites devant abriter les premières centrales de ce programme ont été identifiés au niveau de 15 wilayas du sud et des Hauts Plateaux, a-t-il fait savoir.

Au-delà de son apport supplémentaire en matière de production d’électricité, le PNER aura aussi "des implications importantes en amont" du fait des besoins considérables en équipements et accessoires nécessaires que l’Algérie aspire à fabriquer localement dans le cadre de partenariats entre des opérateurs nationaux et étrangers, a également souligné le ministre.

Le Programme national actualisé de développement des énergies renouvelables, adopté par un Conseil des ministres en mai 2015, prévoit une production, d’ici à 2030, de 22.000 MW d’électricité de sources renouvelables, notamment solaire et éolienne, destinée au marché intérieur, en plus de 10.000 MW supplémentaires à exporter, rappelle-t-on.

Ce qui devra correspondre à 27% de la production globale d’électricité d’ici à 2030 et au double de la capacité actuelle du parc national de production d’électricité.

D’autre part, le ministre a indiqué que les études d’identification du potentiel national en énergies renouvelables, réalisées avec le concours d’institutions nationales telles que l’Agence spatiale algérienne (ASAL), le Centre national des techniques spatiales (CNTS) et le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER) ont permis de disposer des données nécessaires pour engager les projets inscrit dans ce programme.

Selon M. Khebri, 11 unités totalisant une capacité de 108 MW sont en service actuellement, alors que 279 MW sont attendus avant la fin de l’été prochain.

Interrogé par la presse sur le mode de financement des investissements de Sonatrach, le ministre a exclu le recours de cette compagnie à l’endettement extérieur : "Sonatrach a des ressources financières assez importantes qu’elle utilisera pour le financement de ses investissements. Le cas échéant, si elle aura besoin d’un complément, elle aura recours au marché financier interne".

Source: article publié par le CDER, partenaire SoMed