Cliquez sur la carte pour vous situer

PHOTOVOLTAÏQUE

RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT

ALGÉRIE

Pompage solaire pour la promotion de l'agriculture saharienne

Le 01 Février 2016

Article publié par le CDER, partenaire de SoMed. 

En marge des deux journées d’études sur le thème « Recherche et innovation au service du développement agricole et aquaculture », tenues les 20 et 21 Janvier 2016 au palais de la culture à Alger et organisées conjointement entre le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et Ministère de l’Agriculture, du Développement Rural et de et de la Pêche, la filiale Etudes et Réalisations en Energies renouvelables (ER2) du Centre de Développement des Energies Renouvelables (CDER) a rendu publique ses réalisations en matière d’installation des pompes solaires dans les régions du sud. En effet, en mois de décembre dernier, l’ER2/CDER a réalisé dans la Commune de Raggane (Wilaya d’Adrar), un puits de forage alimenté à 100 % en énergie solaire. Pour alimenter le pompage de l’eau à partir d’une profondeur de 70 m et avec un débit de 180 mètre cube par jour, une centrale photovoltaïque d’une puissance de 11,2 kilo watt crête a été installée. A ce jour, l’ER2/CDER a installé près de 200 pompes solaires dans le sud du pays. Ces projets s’inscrivent dans le cadre de l’irrigation des terres agricoles et de la promotion de l’agriculture en milieu saharien.

Force est de signaler que l’augmentation des superficies irriguées passe incontestablement par la multiplication de l’utilisation d’énergie solaire dans le développement de la petite et moyenne hydraulique pour les régions du sud vastes et enclavées. Ces zones, peuplées d'habitations éparses et souvent nomades, sont difficiles et économiquement non rentables à raccorder au réseau électrique. Le CDER a exposé les avantages du développement des énergies renouvelables dans ces régions; la promotion des activités agricoles, agroalimentaires et d’élevage participent à l’amélioration des conditions de vie des populations, la sédentarisation des nomades, la sécurité alimentaire et la lutte contre la désertification.

Il faut noter que le gouvernement algérien a adopté un programme visant à développer un million d’hectare de terre irriguée d’ici 2019.

Par Professeur Noureddine Yassaa, Directeur du CDER.